Skip to content
améliorer son SEO

Comment améliorer son référencement SEO avec WordPress

13 min

En résumé

Il existe bien des façons d’optimiser son référencement, quel que soit le CMS que l’on utilise. Nous allons aborder ici les techniques avec les réglages à faire via WordPress tout en sachant que certains réglages sont valables pour tous les CMS.

À l’heure actuelle, il y a 3 grandes lignes à suivre en SEO:  le contenu, la pertinence des backlinks et l’optimisation technique du site qui sera l’objet de ce qui va suivre ci-dessous.

Les algorithmes de Google évoluent et il vaut mieux les respecter !

Si vous n’avez jamais entendu parler de Panda, Pingouin (penguin) ou Phantom, il s’agit bel et bien des plus populaires algorithmes de Google parmi une petite vingtaine d’autres. Ces algorithmes sont en fait des robots (très puissants) avec un regard pratiquement humain qui consiste à analyser votre site et lui donner une « note ».

  • Certains de ces algorithmes sont conçus pour vous donner des « notes » positives (vitesse du site, contenu pertinent, compatibilité avec les appareils mobiles).
  • D’autres sont conçus pour donner des « notes » négatives (sur-optimisation, contenu dupliqué, backlink de mauvaise qualité).

Cette « note » peut vous faire progresser dans les résultats de recherche ou vous faire plonger. Personne ne connait réellement la note que Google vous attribue, mais les experts SEO connaissent les points d’optimisation SEO qui ont le plus d’impact selon Google sur votre référencement et qu’il faut améliorer à tout prix.

Agence web Waterloo qui améliore le référencement

1. Priorité au contenu

La mise en forme

Pour être bien classé, Google donne une importance toute particulière à votre contenu. Un site web avec un contenu assez pauvre passera aux yeux de Google pour un site peu intéressant et n’a pratiquement aucune chance de se retrouver en tête de classement.

Pour commencer, lorsque vous créez une page n’oubliez pas de lui donner un Titre (balise titre) et une meta description. Ces 2 éléments apparaitront dans les résultats de recherche des internautes.

Le titre : d’une longueur maximum de 70 caractères et idéalement minimum 50 au niveau SEO. Le titre est très important pour le SEO et doit comprendre 1 ou 2 mots clés. Le titre doit être en rapport avec votre contenu.

La méta description : d’une longueur maximum de 150 caractères, la méta description est le texte qui apparaitra sur Google sous votre titre. Même si ce dernier n’a aucun impact au niveau SEO, une bonne description peut vous apporter plus de visiteurs sur votre site. Optimisez-la pour la facilité de vos lecteurs.

Ensuite, vos pages devraient avoir un contenu minimum de 300 mots. Google aime le contenu riche !

Que vous rédigiez vos textes vous-même ou faites appel à un professionnel, vos textes doivent être écrit pour l’utilisateur : riche, pertinent, agréable à lire. Inutile de vous rappeler que les textes surchargés de mots clés comme souvent utilisés dans le passé seront vite sanctionnés par Panda et Penguin et vous risquez de ne jamais voir votre site décoller sur les moteurs de recherche.
Inutile aussi d’écrire des mots-clés cachés en blanc sur fond blanc. Google lit le code source de vos pages et donc le verra, il n’aime pas ça !

Ne sacrifiez jamais la qualité de votre rédaction pour mieux figurer dans les moteurs de recherche.

Matt Cutts – Responsable Anti-spam chez Google

Optimisez votre texte en insérant bien entendu les mots-clés pour lesquels vous souhaitez être trouvé, mais n’exagérez pas. Inutile de répéter le même mot dans le titre de la page, le sous-titre, et dans toutes les phrases de vos paragraphes. On dit en général qu’une densité au-delà de 2.5% du même mot-clé sur une page est le maximum. Sinon on commence à rentrer dans la « sur-optimisation » pénalisée par Google.

Exemple : sur une page contenant 600 mots de plus de 2 lettres (titres compris), évitez de répéter plus de 15 fois le même mot clé sous peine de ne plus en voir les bienfaits de l’optimisation.

Sur WordPress vous pouvez vous aider d’un plugin tel que Yoast SEO . Cet outil a ses avantages comme ses inconvénients. Il vous permet facilement de remplir vos balises titres et vos meta descriptions facilement. Il vous donne des indications sur la densité de mots clés, le nombre de mots et l’endroit où vos mots clés sont placés dans le texte. Cependant, ne suivez pas tout à la lettre sous peine de ne plus vous en sortir. Le gros défaut de Yoast est qu’il analyse vos textes sur un seul mot clé et vous force souvent à le mettre au début de vos titres et dans un maximum de paragraphe.

La structure Html du contenu

Toute page web doit avoir une structure Html précise. On parle ici de balises titres de type Hn et de paragraphes. Comme pour un livre on commence par un titre, puis un sous-titre, puis éventuellement un sous-sous-titre et des paragraphes.

En Html, c’est pareil on commence par une balise de type H1 (ou titre 1) qui reprend en général le titre de votre page. Cette balise titre est parfois peut-être déjà intégrée dans le haut de la page avec les breadcrumb en fonction de votre thème ou de votre modèle de page. Inutile donc de la répéter dans votre rédaction de contenu.

La structure de votre site a une importance pour la lisibilité de votre site et d’un point de vue SEO aussi.

exemple de structure correcte :
H1
–H2
Paragraphe
–H2
—-H3
Paragraphe
—-H3
Paragraphe
——H4
Paragraphe
——H4
Paragraphe
–H2
Paragraphe

exemple de structure incorrecte :
——–H5
H1
Paragraphe
H1
——–H5
Paragraphe
——H4
Paragraphe
–H2
——H4
Paragraphe
—-H3
Paragraphe
–H2

Astuce : parfois il vaut mieux (en termes de SEO) placer un sous-titre en H2 plutôt qu’en H4, mais votre thème retranscrit par exemple tous vos titres 2 en très gros caractères, ce qui ne vous arrange pas dans la mise en forme de ce texte-là. Vous pouvez alors indiquer directement dans votre code source une taille de police spécifique plus petite ou plus grande pour ce titre uniquement.

Sur WordPress dans votre éditeur de texte vous devriez apercevoir en haut à droite « Visuel | Texte ». Cliquez sur texte pour avoir votre texte en code HTML. Votre « titre 2″ devrait correspondre à ce code <h2>votre titre</h2>.

Pour changer la taille ajoutez ceci <h2><span style= »font-size: 18pt; »>votre titre</span></h2>

Attention au contenu dupliqué

Google est attentif au contenu dupliqué et le pénalise. En plus des risques liés au plagiat, du contenu dupliqué peut apparaitre si vous copiez vos textes d’un autre site.

Il se peut aussi que vous copiiez le même texte sur plusieurs de vos pages. Bien sûr, certains contenus dupliqués sur tout votre site sont autorisés comme un menu ou un footer mais faites attentions aux paragraphes ou titres dupliqués.

Il se peut aussi par exemple que vous ayez oublié de rediriger votre URL « nom-de-domaine.be » vers le « www.nom-de-domaine.be » ou de placé des liens canoniques. Dans quel cas Google considèrera que tout le contenu présent sur « nom-de-domaine.be » est le même que sur « www.nom-de-domaine.be ». Il s’agit bel et bien de contenu dupliqué pénalisé par Google.

Vous devez donc penser à faire une redirection 301 (permanente) de votre nom de domaine vers le www. Pour le vérifier tapez votre nom de domaine sans www et voyez s’il vous redirige automatique vers le www.

Si ce n’est pas le cas, effectuez une redirection directement via la zone DNS de votre nom de domaine chez votre hébergeur, demandez à votre hébergeur ou introduisez directement la ligne suivante dans votre fichier htaccess.

				
					#Forcer le www:
RewriteEngine on
RewriteCond %{HTTP_HOST} ^example.com [NC]
RewriteRule ^(.*)$ http://www.example.com/$1 [L,R=301,NC]
				
			

2. Choisir un thème responsive

Une des grandes particularités de Google depuis 2016 c’est que son classement sur son moteur de recherche mobile n’est pas le même que sur un poste de travail. Il favorise en effet les sites responsives (adapté aux tablettes et mobiles)

De nos jours, aussi bien pour le SEO que pour le confort de vos utilisateurs qui sont nombreux à visiter votre site sur smartphone ou tablette, vous devez impérativement choisir un thème dit « responsive ». En effet avec un dit thème, la mise en forme de vos textes et images changera automatiquement et sera adaptée à l’écran de l’utilisateur. De plus, votre site sera plus léger sur mobile.

Si votre thème actuel n’est pas responsive, préférez acheter un nouveau thème pour mobiles plutôt que de tenter de changer le code. En effet, pour rendre un thème responsive, il faudrait passer des heures dans le code du thème pour rendre tous les css responsive avec un gros risque de bug d’affichage pour quelques codes. Si vous ne vous en sentez pas capable, Step2Web peut vous proposer différents thèmes mobile friendly proches du vôtre.

Testez la compatibilité mobile de votre site avec Google Mobile Friendly

3. Améliorer la vitesse de son site

’est bien connu, un site trop lent fait fuir les visiteurs. En plus de voir déserter vos futurs clients ou lecteurs, Google pénalisera votre site.

Vous devriez tout d’abord effectuer un vrai test de mesure de vitesse. Page speed insight et GTmetrix sont de bonnes références pour ce genre d’analyse, encore faut-il comprendre comment interpréter les données.

Vous pouvez aussi utiliser l’addon Firebug chez mozilla en examinant votre page et en sélectionnant « réseau » pour voir la vitesse de votre site.

Chez Step2Web, nous préférons utiliser GTmetrix et plus particulièrement son analyse « Waterfall ». Cet outil vous permet d’observer le temps d’envoi, de réception et de chargement des données pour chaque requête de votre page. Vous pouvez facilement déterminer quel élément pose problème. Par exemple, une photo prend 2 secondes pour le chargement complet, on remarque que le poids de la photo est trop lourd et on ajuste en optimisant la photo.

Mise en place d’un cache

Avant toute chose, vous devriez mettre en place un cache. Le cache permet à votre navigateur et votre serveur de mettre temporairement en mémoire cache certains fichiers comme des images afin de pouvoir les réutiliser plus rapidement lorsque la page de votre site est rechargée. La vitesse de votre site est alors nettement améliorée et surtout le temps de réponse serveur.

Le gain moyen d’un cache est de 1 à 2 secondes en fonction des sites.

D’abord le cache navigateur. Afin que le navigateur de l’utilisateur mette des fichiers en cache pour ne plus devoir utiliser le serveur, il suffit d’y insérer le code suivant dans votre fichier htaccess.

				
					# Mise en cache des fichiers dans le navigateur
<IfModule mod_expires.c>
ExpiresActive On
ExpiresDefault "access plus 1 month"
ExpiresByType text/html "access plus 0 seconds"
ExpiresByType text/xml "access plus 0 seconds"
ExpiresByType application/xml "access plus 0 seconds"
ExpiresByType application/json "access plus 0 seconds"
ExpiresByType application/pdf "access plus 0 seconds"
ExpiresByType application/rss+xml "access plus 1 hour"
ExpiresByType application/atom+xml "access plus 1 hour"
ExpiresByType application/x-font-ttf "access plus 1 month"
ExpiresByType font/opentype "access plus 1 month"
ExpiresByType application/x-font-woff "access plus 1 month"
ExpiresByType application/x-font-woff2 "access plus 1 month"
ExpiresByType image/svg+xml "access plus 1 month"
ExpiresByType application/vnd.ms-fontobject "access plus 1 month"
ExpiresByType image/jpg "access plus 1 month"
ExpiresByType image/jpeg "access plus 1 month"
ExpiresByType image/gif "access plus 1 month"
ExpiresByType image/png "access plus 1 month"
ExpiresByType video/ogg "access plus 1 month"
ExpiresByType audio/ogg "access plus 1 month"
ExpiresByType video/mp4 "access plus 1 month"
ExpiresByType video/webm "access plus 1 month"
ExpiresByType text/css "access plus 6 month"
ExpiresByType application/javascript "access plus 6 month"
ExpiresByType application/x-shockwave-flash "access plus 1 week"
ExpiresByType image/x-icon "access plus 1 week"
</IfModule>
				
			

Ensuite le cache serveur. Nous vous conseillons d’utiliser un des deux meilleurs Plugin de mise en cache sur WordPress à savoir WP Super Cache et W3 Total Cache. De notre côté, nous avons une nette préférence pour la simplicité d’utilisation de WP Super Cache, mais ces 2 plugins une fois configurés font des merveilles, ils sont tous les 2 déjà installés plus d’un million de fois et ont fait leurs preuves. Nous vous invitons à lire cet excellent article si vous hésitez entre les 2 : W3 Total Cache vs WP Super Cache : lequel choisir ?
Vous trouverez facilement sur Google comment configurer ces deux plugins qui nécessitent quelques réglages.

Vous pouvez coupler un de ces logiciels de cache avec l’excellent Plugin Autoptimize qui permet de regrouper vos fichiers JS, CSS, HTML. Comme ces fichiers vont être regroupés, vous diminuerez le nombre de requêtes et gagnerez parfois aussi 1 ou 2 secondes en plus. Certains sites voient leurs requêtes diminuer de 50% grâce à ce plugin.

Si avec la configuration du cache navigateur, du cache serveur, du regroupement des fichiers CSS et JS, votre site est toujours lent, chercher du côté d’une image qui serait trop lourde à charger ou d’ un plugin mal optimisé. Aidez-vous du « waterfall » de GTmetrix pour identifier le problème.

Vous pouvez aussi utiliser des CDN pour améliorer la vitesse du site, mais nous ne développerons pas ce sujet ici.

4. URL bien définie pour Seo

Petite configuration importante ! De base WordPress indexe vos URLs de page avec un « id ». Par exemple https://www.step2web.be/?p=356

Une URL de ce type n’est pas très représentative ni pour Google, ni pour l’utilisateur. Il vaut mieux pour votre SEO, privilégier une URL avec le titre de sa page, mais en évitant les mots de transition tels que les de, et, sur, avec, …

Exemple: https://www.step2web.be/optimisation-seo-referencement/

Pour cela, allez dans réglages > permaliens > et sélectionnez nom de l’article, puis enregistrez.

Si vous faites ce changement alors que votre site était déjà en place et indexé par un moteur de recherche. Redemandez une indexation de votre site via la Search Console de Google. Vous risquez de perdre un peu de référencement le temps que Google ré-indexe tout, mais c’est pour un mieux.

Vous pouvez aussi effectuer une redirection 301 pour toutes les anciennes URLs vers les nouvelles. Il existe plein de plugin WordPress pour effectuer ce genre de redirection.

Enfin, évitez de mettre des accents ou underscore ( _ ) dans vos URLs. Ça perturbera notre ami Goolge qui préfère une URL propre.

5. Pensez au HTTPS

Google favorise pour son classement les sites dotés d’un certificat SSL. Si vous possédez ce type de certificat de sécurité sur votre hébergement, vous devez l’activer pour qu’il soit pris en compte. Demandez à votre hébergeur de l’activer pour votre site, ensuite installez sur WordPress le plugin Really Simple SSL. En un clic vous passerez tout votre site en https://

C’est toujours bon de l’avoir, mais l’impact SEO d’un site HTTPS reste mineur.

6. Personnalisez les balises ALT des images.

Vous devriez savoir que lorsque vous mettez une image sur votre site, c’est très parlant pour votre lecteur et ça peut parfois remplacer bien des mots.

Cependant, Google ne comprend pas votre image de la même façon, il ne sait pas la voir, mais il la lit. Plus précisément, il lit le titre qui lui est associé dans la balise « alt » de l’image.

Si vous postez par exemple une photo d’un safari en Afrique pour faire la promotion de votre agence de voyages. Il faudra renseigner dans la balise « alt » de cette photo une petite phrase du type : « Safari en Afrique en promo chez Agence du monde ». Votre phrase doit avoir un rapport à votre sujet et porter des mots clés. On aurait pu indiquer simplement « Safari en Afrique », mais y ajouter le nom de votre agence ne fait pas de mal.

Vous pouvez régler la balise alt de chaque image dans Médias > Bibliothèque > cliquez sur votre image et remplissez le champ « Texte alternatif ».

7. Et les réseaux sociaux alors ?

À l’heure d’aujourd’hui votre présence sur les réseaux sociaux est indispensable. Tous vos futurs clients ou lecteurs y sont sûrement. Votre visibilité sur ces réseaux (Facebook, Twitter, Google +, …) doit être importante pour y transmettre vos messages marketing sur un public cible.

Les réseaux sociaux sont donc une très bonne chose pour votre communication et votre visibilité, mais n’ont aucun impact sur votre SEO et votre référencement sur les moteurs de recherche.

En effet, tous les liens que vous faites sur les réseaux sociaux et qui ramènent vers votre site sont des liens dit « nofollow », c’est-à-dire des liens non suivis et non répertoriés par Google.

Ensuite Google n’a aucun accès sur votre « popularité sociale », tel que le nombre de like, de fans, de re-tweet etc.

Nous vous conseillons cependant d’avoir au moins des comptes actifs Facebook, Twitter et Google +  pour les raisons citées plus haut.

8. Ne négligez pas les backlinks

Vous lirez sur beaucoup de sites que les backlinks sont la clé du référencement. En effet, les backlinks ou liens de retour sont des liens présents sur d’autres sites et qui pointent vers le vôtre. C’est en quelque sorte votre popularité sur le web et un site « populaire » sera mieux classé que son concurrent moins connu. Tout cela est à la fois vrai et faux. On vous explique ?

Les backlinks c’est très important oui, mais depuis un certain temps Google accorde plus d’importance à votre contenu qu’aux backlinks. Si vous avez 10.000 backlinks, mais que votre contenu n’apporte pas grand-chose au lecteur, ce n’est pas la peine d’espérer grimper dans le classement Google. Optimisez donc en priorité votre contenu, ensuite les réglages d’optimisation techniques cités plus haut et enfin finissez par les backlinks.

Avoir plein de backlinks c’est bien pour le SEO mais attention, pas n’importe lesquels ! Et oui pour prétendre pouvoir atteindre les sommets de Google il vous faut des backlinks de qualités.

Backlinks de qualités

Un backlink de qualité c’est un backlink naturel provenant de sites de qualités, en rapport avec votre sujet. Au fur et à mesure que des lecteurs vont découvrir votre site, ils décideront peut-être d’en parler sur le leur et de créer un lien retour que l’on appelle « lien naturel ». Au contraire les liens artificiels proviennent de sites avec qui vous faites un échange de liens ( je mets un lien de ton site sur le mien et tu fais pareil).

Les liens artificiels, les liens provenant de site dit « spammy » (qui renvoient vers des milliers de liens de tout horizon), les liens provenant de sites où il faut payer pour y mettre son lien, sont tous des backlinks de faibles qualités et même pénalisés par Google si on en abuse. Vous aurez dès lors tout l’effet contraire recherché.

Favorisez le nombre de domaines qui vous référence plutôt que le nombre de backlinks. Pour faire simple il vaut mieux avoir 20 domaines externes (sites) différents qui ont chacun 1 backlink vers votre site plutôt que 1 domaine externe qui a 20 backlinks vers vos pages. Dans les 2 cas vous aurez 20 backlinks, mais la solution 1 est nettement meilleure.

Comment avoir des backlinks ?

Pour commencer, vous pouvez inscrire votre site sur quelques annuaires, reconnus pour être de qualité. Vous en trouverez toute une liste en faisant des recherches, mais nous vous recommandons webrankinfo et Costaud. Si vous vous inscrivez sur des annuaires, pensez à modifier, pour chaque annuaire, la description que vous donnerez de votre site et à faire une annonce distincte pour chaque annuaire. Sur les annuaires de qualités, vous ne serez pas surpris de remarquer que votre annonce doit être validée par un modérateur et que cela peut prendre du temps (parfois 1 mois). N’abusez tout de même pas trop des annuaires pour vos backlinks, une dizaine nous semble suffisant.

Rien n’empêche de faire quelques partenariats avec échange de lien, mais à nouveau, n’abusez pas !

Laissez faire les choses ensuite. Votre popularité viendra petit à petit par les liens naturels.

Ne perdez pas votre temps à faire des liens en masse sur les réseaux sociaux. Pour rappel ces liens sont en « nofollow » et ne seront pas comptés comme des backlinks. Ce n’est pas la peine non plus de « fourrer » un lien vers votre site sur tous les forums ou les commentaires des articles. En effet, en général les bons forums ou articles sont réglés aussi en « nofollow ».

Vous avez aimé ? Partagez...

Kevin

Kevin

Fondateur de l'agence web Step2Web, développeur web spécialiste WordPress, SEO et SEA. Depuis plus de 15 ans, je me passionne par le monde digital et l'importance de celui-ci pour les entreprises. Mon objectif est d'améliorer la visibilité professionnelle des entreprises et leur permettre d'attirer de nouveaux clients.

Un projet en tête ?
Notre agence web peut vous aider

Discutons-en autour d'un café.

contact
js_loader

Avis Clients - Votre avis

Vous nous quittez déjà ?

Devis gratuit

Obtenez une estimation gratuit pour la création de votre site internet en quelques clics.